La bonne foi ne paye pas en matière d’infractions au Code de la route. L’usager, qui n’a pas été interpellé et qui n’est pas identifié, s’expose à des peines plus lourdes que s’il nie de mauvaise foi avoir commis l’infraction.

L’article du Figaro ici