À l’occasion de la Convention internationale de 1965 sur l’élimination des discriminations, le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) a récemment rendu ses observations. Elles pointent de manière générale le cas de la France et du traitement de ses minorités. Mais, comme le rapporte Le Monde ce samedi 3 décembre, le dossier de dix pages cite plus particulièrement la militante racialiste Assa Traoré. La sœur d’Adama Traoré – mort en 2016 dans le Val-d’Oise à la suite d’une interpellation policière musclée – ferait l’objet de « messages d’intimidation et de menaces » sur Twitter de la part de deux syndicats de police.

L’article de Valeurs Actuelles ici

(Merci Fabrice Guérault)