Des corps exhumés et retrouvés en morceaux dans le maquis au lieu d’être incinérés : un croque-mort a été condamné mardi à Bastia à six mois de prison avec sursis pour « atteinte à l’intégrité de cadavres« .

L’entrepreneur de pompes funèbres a par contre été relaxé par le tribunal correctionnel de Bastia du chef d' »abus de confiance« .

De même « il n’y a aucune interdiction d’exercer une profession en lien avec les pompes funèbres », a réagi Me Emmanuel Maestrini, conseil du prévenu, satisfait de cette relaxe pour abus de confiance.

L’article de La Provence ici