Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a prononcé une mutation d’office à l’encontre du vice-président du tribunal judiciaire de Paris. Charles Prats a manqué de « neutralité » et d’« impartialité » dans des messages postés sur Twitter.

Le magistrat Charles Prats, vice-président du tribunal judiciaire de Paris, a écopé d’une sanction disciplinaire pour une série de tweets où il fustigeait les « Khmers verts » et assimilait les Gilets jaunes à « la peste noire », a-t-on appris mardi 17 janvier 2023, de source judiciaire.

L’article de Ouest-France ici