C’est en se présentant à l’hôpital Max Fourestier, à Nanterre, que le violeur présumé a mis les enquêteurs du Service départemental de police judiciaire des Hauts-de-Seine (SDPJ92) sur ses traces. Après avoir été mordu au pénis par sa victime, il était venu faire soigner sa blessure.

En mordant l’un de ses violeurs, la victime a, sans le savoir, permis à la police de retrouver ses deux agresseurs. Deux hommes qui n’avaient pas apprécié que ce touriste canadien, travesti en femme, s’interpose alors qu’ils étaient en train de harceler une jeune femme dans un bus de nuit.

L’article du Parisien ici