Selon nos informations, un policier de la DGSI a reconnu en garde à vue avoir fourni l’adresse privée du pilote de rallye Laurent Pasquali, assassiné en 2018 par un réseau de francs-maçons criminels, sur fond de dette impayée. Il a été mis en examen pour association de malfaiteurs.

D’après les informations de RTL, le tentaculaire dossier du réseau de francs-maçons à l’origine d’une série de contrats criminels – dont l’assassinat du pilote de rallye Laurent Pasquali en 2018 et la tentative d’assassinat d’une chef d’entreprise à Créteil en 2020 – vient de s’enrichir d’une mise en examen particulièrement sensible.

L’article de RTL ici

(Merci Rudy van Cappellen)