Serge Hefez, le 14 janvier 2022, dans son cabinet parisien. (SADAK SOUICI / LE PICTORIUM / MAXPPP)

Serge Hefez, responsable de l’unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris, réagit sur franceinfo au rapatriement de 15 femmes et 32 enfants français de Syrie, détenus dans des camps de prisonniers jihadistes dans le Nord-Est syrien.

« Il n’y a aucune raison qu’ils soient des bombes à retardement, ils ont plutôt une soif de reprendre une vie normale », a indiqué mardi 24 janvier sur franceinfo Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, responsable de l’unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Les autorités françaises ont procédé mardi 24 janvier matin au rapatriement de 15 femmes et 32 enfants français de Syrie, détenus dans des camps de prisonniers jihadistes dans le Nord-Est syrien. Au total la France a rapatrié 77 mineurs français.

L’article de France Info ici