MAGISTRATS HORS SOL ?

Hier je défendais un OPJ poursuivi pour des violences dans une cellule de garde à vue.

Alors qu’il entrait dans la cellule, le gardé à vue, qui se flatte d’en être à sa 52ème garde à vue, lui avait asséné un coup de pied.

L’OPJ l’avait mis au sol et s’était fait mordre et cracher dessus, en pleine période de COVID.

En riposte il avait porté deux coups, occasionnant deux petites plaies de 1 cm et 2 cm.

La procureure a requis…et je me suis demandé si je ne rêvais pas…

D’abord elle a justifié le coup de pied du gardé à vue par la légitime défense, estimant qu’il a pu légitimement être effrayé par le policier qui entrait dans la cellule.

Ensuite elle a décrit une scène d’horreur et d’acharnement policier qui n’existait pas.

Enfin elle a demandé au tribunal de condamner cet OPJ, à la carrière exemplaire et au casier vierge, à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme, et une interdiction définitive d’exercice.

Trois ans pour des violences sans ITT…Un an ferme pour ça…

Ce n’était pas un rêve, c’est la triste réalité d’une justice qui va mal.

Délibéré en février…

Maître Laurent-Franck Lienard