Suite Ă  l’article publiĂ© le 27 fĂ©vrier 2023 dans le journal LibĂ©ration je vais vous partager ma rĂ©ponse complète
Vous êtes très nombreux à m’avoir contacté suite à la publication d’un article sur la ligne bleue dans le journal Libération.

Je tiens à vous remercier dans un premier temps pour tout le soutien que vous envoyez sur les réseaux.

Voici l’interview complète :

Une vision adapté aux valeurs républicaines

» Bonjour.

Je me présente, Charlène SEEBURGER, directrice de la SASU THIN BLUE LINE FRANCE.

Je tiens tout d’abord à vous remercier de m’avoir contacté et de me laisser la parole. Je vais tenter à mon humble niveau d’apporter des éléments de réponse.

Pour commencer, j’ai crĂ©Ă© les rĂ©seaux sociaux THIN BLUE LINE FRANCE ainsi que le site en ligne afin de tenter d’apporter du soutien aux forces de l’ordre. J’ai Ă©galement voulu tenter d’apporter des aides financières directes Ă  des familles de forces de l’ordre dĂ©cĂ©dĂ©s en service opĂ©rationnels. Ces dons sont visibles dans l’espace « dons Â» sur le site http://www.thinbluelinefrance.com .

Je vis au quotidien avec un membre des forces de l’ordre et ai pu voir une certaine fragilité de ces hommes et femmes qui œuvrent pour l’immense majorité au maintien d’une vie paisible pour tous les résidents de notre pays.

Q: Que représente ce symbole pour vous ?

Je n’ai rien inventĂ©. La ligne bleue reprĂ©sente plusieurs choses. Tout d’abord il s’agit d’un symbole de rassemblement et de cohĂ©sion entre tous les acteurs de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure. Policiers, gendarmes, policiers municipaux etc.. Peu importe leurs uniformes. Il existe Ă©galement d’autres lignes traditionnellement. ( Red line pour les pompiers ; white line pour les soignants, green line pour les militaires)

Ensuite, il s’agit de symboliser la fine ligne qui sépare moralement le bien du mal. Non pas comme une séparation ou une scission entre le bien et le mal, le monde étant bien plus complexe et nuancé que cela. Mais plutôt comme un indicateur, un marqueur d’engagement. D’un coté des hommes et femmes qui tentent d’œuvrer pour le bien commun, de l’autre certaines personnes qui, a un moment de leur vie, sombrent dans la violence qu’ils peuvent retourner contre eux même mais aussi contre des citoyens innocents.

Enfin la ligne bleue est un symbole d’hommage rendu aux membres des forces de l’ordre décédés en service.

Q: Comment comprenez-vous le mouvement de protestation contre l’emblème Thin Blue Line dans plusieurs villes nord-amĂ©ricaines, voire son interdiction comme rĂ©cemment Ă  Los Angeles et Vancouver ? 

Tout d’abord, je tiens à apporter une précision qui est importante. Sur les réseaux et ce très régulièrement, j’indique me désolidariser de certaines utilisations faites de la ligne bleue par des groupes extrémistes américains. Groupes qui manipulent et dénaturent la symbolique originelle de la Thin Blue Line que j’ai énoncé dans la précédente réponse. Nous sommes ici en France et heureusement, nous ne sommes pas en présence de groupes se revendiquant de la thin blue line dans des buts de fracture sociale.

Je représente une entreprise qui souhaite s’engager pour soutenir les forces de l’ordre. En aucun cas je suis politisée de quelque manière que ce soit.

Concernant votre question, je vois ces protestations comme une fracture, La ligne bleue est un symbole de ralliement dans son essence même. Et voir certains monter cet emblème contre des communautés et en faire un symbole de séparation est pour moi un échec. La ligne bleue se veux une icône au service de la population.

Q: Savez-vous qu’aux Etats-Unis ce symbole est utilisé par des mouvements corporatistes opposés à Black Lives Matter et par des suprémacistes et militants violents ?

Oui et là encore, il s’agit de gens qui instrumentalisent un symbole de forces de l’ordre. Il est important de noter que ces utilisations ne représentent pas les significations traditionnelles et les valeurs associées au symbole et peuvent être considérées comme des détournements du sens originel. Il est également important de condamner toute utilisation de symboles pour promouvoir des idées de haine ou de violence.

Sur les rĂ©seaux j’ai toujours fait la promotion des idĂ©aux de paix, de justice et d’égalitĂ© pour tous et de condamner toute forme de discrimination ou de violence. Il s’agit d’une version « française Â» de la ligne bleue, s’inscrivant dans la continuitĂ© des valeurs rĂ©publicaines.

Q: Pourquoi, dans les objets que vous vendez dans votre boutique, associez-vous la Thin Blue Line à des représentations violentes ou identitaires comme des armes, la figure du Punisher ou du guerrier spartiate ? Ces symboles vous semblent-ils compatibles avec les obligations qui pèsent sur les forces de l’ordre ?

Il ne faut pas voir cela sous cet angle. Concernant les armes, les écussons qui en représentent sont simplement celles de dotations dans les différentes forces de sécurité intérieure. Il s’agit d’écussons de collection qui peuvent servir à mettre sur les housses d’armement afin d’identifier le contenu de celles ci. Les forces de l’ordre sont des professionnels armés sur la voie publique et j’ai voulu créer une collection représentant tous les équipements armés de ces agents. Aucune incitation à les utiliser, bien au contraire, je suis bien consciente du droit absolu à la vie et des cadres légaux d’utilisation des armes.

Concernant le spartiate, il s’agit ici de reprendre l’esprit de cohĂ©sion et de cohorte qui caractĂ©risent, dans la culture moderne, ces guerriers. Dans l’esprit de la plupart des gens, c’est Ă  cette Ă©poque que le mode d’action en « ligne de boucliers Â» a Ă©tĂ© crĂ©Ă© et c’est donc ici une rĂ©fĂ©rence au mode opĂ©ratoire des unitĂ©s de maintien de l’ordre. En aucun cas il faut y voir une quelconque politisation.

Là encore, tout n’est pas binaire et ce n’est pas parce que certaines personnes mal intentionnées qui n’ont rien a voir de près ou de loin avec les forces de l’ordre, utilisent ces symboles à des fins politiques néfastes pour prôner la haine que l’utilisation de ces iconographies signifient la même chose pour les forces de l’ordre. Un symbole, dans son essence même est soumis à interprétation.

Concernant le Punisher, c’est une iconographie utilisée traditionnellement dans les unités militaires et de forces de l’ordre. C’est un symbole certes violent mais qui représente les actions dans un cadre légitime qui parfois semblent être nécessaires à l’accomplissement de la loi. Il suffit de regarder les actualités pour voir a quel niveau de violence sont confrontés les forces de l’ordre. Comme pour les autres iconographies dont nous avons parlé, il faut y voir ici un puits où chacun y tir les valeurs dont il a besoin. Pour nous, c’est le symbole de la justice qui parfois doit passer par l’accomplissement d’une action légitime afin de maintenir la paix. En aucun cas, je n’encourage la violence illégitime de la part des forces de l’ordre et je suis totalement en accord avec le travail des services techniques des diverses institutions qui enquêtent et répriment sévèrement les actions violentes injustifiées qui ne sont bien évidemment pas représentatives de l’engagement quotidien de ces hommes et femmes.

Je comprends que L’utilisation du symbole du Punisher par les forces de l’ordre est controversée, car elle peut être perçue comme glorifiant la violence ou la justice personnelle, ce qui n’est pas en accord avec les valeurs d’une société démocratique. Cependant, il est possible d’apporter une réponse positive à cette situation en encourageant les forces de l’ordre à adopter des symboles et des valeurs qui reflètent leur engagement envers la protection et le service à la communauté.

Voici quelques idées pour encourager une réponse positive à l’usage du symbole du Punisher par les forces de l’ordre :
° Encourager les forces de l’ordre à adopter des symboles officiels qui représentent leur mission et leur engagement envers la justice, la paix et la protection de la communauté.

° Promouvoir une culture de transparence et de responsabilité au sein des forces de l’ordre, en encourageant la communication ouverte et la responsabilité pour les actions de chaque membre.

° Fournir une formation continue aux membres des forces de l’ordre sur les valeurs démocratiques, les droits de l’homme, l’éthique et la justice, afin de les aider à mieux comprendre leur rôle et leur responsabilité en tant que gardiens de la communauté.

° Encourager les membres des forces de l’ordre à nouer des relations positives avec les communautés locales, en favorisant la coopération, la compréhension et le respect mutuel.

Ce sont en tout cas, les axes que je tente de promouvoir sur les réseaux sociaux. Vu votre niveau d’investigation, vous avez pu constater effectivement la présente d’autres symboles beaucoup plus positifs et moins controversables que je me permet de vous joindre en pièce jointe. J’espère voir ce message universel de ralliement, de camaraderie et de soutien transparaître dans votre article.

Concernant la compatibilité avec les obligations qui pèsent sur les forces de l’ordre, je pense que de représenter des armes n’est pas incompatible avec leurs obligations. Ce ne sont, pour aucun des policiers, gendarmes, policiers municipaux, des jouets mais des outils servant à protéger les gens. Concernant le spartiate, idem, la cohésion, l’esprit de corps, l’envie de faire bloc face à de la violence illégitime. Ce sont ces valeurs qui sont à tirer de cette symbolique.

Q: Avez-vous connaissance d’un avis du déontologue de la gendarmerie nationale rendu en 2021 qui a estimé à propos du symbole Thin Blue Line que «l’équipement en cause est susceptible d’être assimilé à une mouvance politique, en conséquence, son port pourrait constituer un manquement à l’obligation de réserve»?

Oui, j’en ai pris connaissance par l’intermédiaire de gendarmes sur les réseaux. Je comprends la volonté de la Gendarmerie de protéger l’institution afin d’éviter toute récupération possible. Je ne vends pas de produits dans le but de les porter sur un uniforme comme une revendication politique quelque ce soit. C’est et cela doit rester un symbole de ralliement entre les forces de l’ordre et rien que cela.
 
Pour conclure, je tente par le site et les réseaux de rassembler les forces de l’ordre mais surtout de promouvoir un rapprochement de la police avec la population. Les policiers, gendarmes, policiers municipaux qui m’envoient des messages tous les jours n’ont qu’une pensée en tête, défendre ceux qui ne peuvent pas le faire eux même et tenter à leur humble niveau de rendre le monde meilleur que ce qu’il n’est actuellement. Encore une fois, je ne suis qu’une civile tentant d’apporter une petite pierre à l’édifice.

L’article de Thin blue line France ici

L’article de LibĂ©ration ici