🔮 A voir demain sur @CNews : le tĂ©moignage saisissant d’un surveillant pĂ©nitentiaire dont la rĂ©sidence Ă  Nanterre a Ă©tĂ© attaquĂ©e par une vingtaine d’Ă©meutiers dĂ©terminĂ©s durant la nuit du vendredi au samedi 1er juin.
Les Ă©meutiers ont dĂ©barquĂ© vers 2h15 du matin, dans une rĂ©sidence du domaine pĂ©nitentiaire de Nanterre, oĂč vivent des familles rattachĂ©es aux ministĂšres de la justice et de l’IntĂ©rieur. Ils s’en sont pris Ă  coups de mortiers d’artifice et de pavĂ©s aux logements et voitures des rĂ©sidents, dont des surveillants pĂ©nitentiaires.
Les rĂ©sidents, dont beaucoup avaient leur fenĂȘtre ouverte Ă  cause de la chaleur, ont Ă©tĂ© rĂ©veillĂ©s par le bruit des mortiers et le choc des projectile. Un enfant d’environ 8 ans qui logeait au 1er Ă©tage de la rĂ©sidence, et qui s’est approchĂ© de la fenĂȘtre, a failli prendre un pavĂ© en pleine tĂȘte, et s’en trouve encore trĂšs marquĂ©. Il a finalement Ă©tĂ© Ă©vacuĂ© vers un autre Ă©tage pour ĂȘtre mis en sĂ©curitĂ©.
Une vingtaine de résidents se sont mobilisés entre eux, et procurés des bars de fer ou batte de baseball, pour défendre leur résidence et aller au contact des émeutiers. Plusieurs voitures ont été dégradés/incendiés, tout comme le hall de la résidence.
Face à la détermination des résidents, les émeutiers ont finalement pris la fuite à bord de voitures et scooters venus en renfort. Une véhicule a néanmoins continué à tourner toute la nuit autour, contraignant les résidents à mener des rondes.
Les rĂ©sidents ont fait installer ce samedi des plaques de bois sur la porte en verre de l’immeuble attaquĂ© pour combler les impacts. La police devait sĂ©curiser les lieux cette nuit, mais aurait finalement renoncĂ© faute d’effectifs. Une cellule psychologique a Ă©tĂ© ouverte, et les rĂ©sidents se tiennent prĂȘt, cette nuit encore, Ă  affronter d’Ă©ventuels Ă©meutiers.
Un surveillant du centre pĂ©nitentiaire de Nanterre aurait par ailleurs Ă©tĂ© reconnu dans la rue et dĂ©pouillĂ©, quelques jours auparavant. A l’intĂ©rieur du centre pĂ©nitentiaire, les dĂ©tenus surfent sur la situation actuelle pour dĂ©clencher des sortes d’Ă©meutes, comme le montre des vidĂ©os publiĂ©es sur les rĂ©seaux sociaux.
Plusieurs membres de cette rĂ©sidence ont portĂ© plainte aujourd’hui, selon la victime contactĂ©e par @Cnews.